« Plus on respire, moins on sait respirer », affirme Michel Cymes

Bien respirer paraît simple, pourtant nous sommes de plus en plus nombreux à le faire de la mauvaise manière. Michel Cymes nous donne des conseils pour récupérer une respiration optimale.

Que faisons-nous, chaque jour, 21.600 fois, sans nous en rendre compte ? On respire. 15 respirations par minute en moyenne, multipliées par 60, ce qui nous donne 900 respirations par heure, multiplié par 24, faites le calcul, on arrive à 21.600 respirations quotidiennes. Le problème, c’est que plus on respire, moins on sait respirer.

Publicités

Quand on est bébé, on gonfle naturellement le ventre à l’inspiration. On appelle ça la respiration abdominale. Mais petit à petit, plus on avance dans la vie, plus cette respiration abdominale a tendance à se perdre. Il faut y voir les effets du stress, la conséquence de notre mode de vie qui nous conduit à rester assis trop souvent et donc à adopter une mauvaise position ou encore une volonté de masquer le petit bidon qui ne manque pas d’apparaître tôt ou tard. Bref, on finit par avoir ce qu’on appelle une respiration haute, donc courte, donc superficielle, bref, une respiration de mauvaise qualité.

En fait le seul moment où l’on respire bien, c’est quand on dort parce que le diaphragme est relâché. Et pourtant bien respirer, c’est bon pour sa santé. Il ne vous a pas échappé que le réflexe de la respiration nous était vital. il permet d’apporter l’oxygène au sang qui irrigue tous les organes, à commencer par le cerveau. Cela permet de réguler le rythme cardiaque, la digestion, la tension artérielle, le fonctionnement du système immunitaire. Donc il importe de bien savoir respirer.

Comment faire de sa respiration une allée de la santé ?

Pour retrouver une respiration idéale, il faut utiliser son nez le plus souvent possible. C’est mieux que de respirer par la bouche. Ensuite, lorsque vous marchez, essayez de prendre pleinement conscience que vous respirez et, ce faisant, efforcez-vous de vider complètement vos poumons. C’est une manière « d’allonger » votre respiration, d’optimiser votre capacité respiratoire.

Enfin, prendre le temps, plusieurs fois dans la journée, de s’offrir 3 respirations ventrales, les plus profondes possible. Observez votre ventre. Voyez-le gonfler quand vous inspirer, voyez-le se rentrer quand vous expirez. Vous verrez, contre le stress passager, c’est un excellent remède. Déjà, si vous pensez à faire tout ça, vous aurez une démarche vertueuse. Et je suis sûr que ça en incitera certains à approfondir les choses en se lançant, par exemple, dans la marche afghane.

Le déroulement de cet exercice est simple. Vous inspirez par le nez sur les 3 premiers pas, vous gardez l’air sur le quatrième pas, vous expirez sur les 3 pas suivants, toujours par le nez. Enfin, vous ne respirez pas sur le pas suivant. Ensuite, vous recommencez. L’avantage, c’est qu’en synchronisant ainsi la respiration et le rythme des pas, vous augmentez votre résistance à l’effort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

Formation des jeunes en Afrique subsaharienne

lun Nov 4 , 2019
Share on Facebook Tweet it Share on Google Pin it Des entreprises encouragent le mentorat et la formation des jeunes en Afrique subsaharienne à travers « Alliance for Youth » Email Promouvoir l’employabilité des jeunes en Afrique subsaharienne, tel est l’objectif du groupe Nestlé. Avec l’appui de ses partenaires régionaux, […]