Modèle d’efficacité énergétique en Afrique, l’aéroport international d’Abidjan renouvelle pour la 3e année consécutive son accréditation carbone

AERIA, l’exploitant de la principale porte d’entrée de la Côte d’Ivoire, a annoncé avoir renouvelé, pour la troisième fois consécutive, son certificat d’accréditation carbone de niveau 3+ (neutralité de l’empreinte carbone), selon le processus ACA (Airport Carbon Accreditation).

Publicités

L’aéroport international Félix Houphouët Boigny reste donc une plateforme verte, et fait partie des 61 aéroports dans le monde se situant au niveau 3+. C’est la première et seule plateforme aéroportuaire du continent à atteindre ce niveau de maturité en matière de gestion du carbone, et ceci en moins de deux ans. L’ACA  a été décernée à AERIA, pour la première fois, en octobre 2015. La plateforme traite près de 1,8 million de passagers par an.

Cette performance est le résultat de plusieurs efforts en matière d’optimisation énergétique et de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre, a expliqué Ouattara El Hadji Aly, responsable du département environnement chez AERIA.

Principalement, il y a eu l’installation d’un nouveau système de gestion de l’énergie. Le déploiement des ampoules LED, de capteurs pour la gestion des éclairages ; l’installation des dispositifs de suivi sur les véhicules aéroportuaires pour contrôler la vitesse ; la mise en place des effaroucheurs solaires ; le lancement des campagnes de sensibilisations sur la consommation d’énergie, liée à l’éclairage mais surtout à l’air conditionné ; ainsi que la construction d’un taxiway parallèle à la piste, ce qui  a réduit de 5 minutes le temps de roulements des avions.

Pour parvenir à la neutralité carbone, l’Aéroport d’Abidjan a également contribué (par l’achat de crédits carbone) à la réalisation de deux projets neutres en carbone : la mise à disposition des ménages de cuisinières fonctionnant avec du biogaz au Kenya, et l’installation d’unités de production d’électricité éolienne au Rajasthan et au Tamil Nadu (Inde).

A en croire Aly, toutes ces initiatives ont permis de réduire de 34 % les émissions de CO2 sur la plateforme d’Abidjan, 2014 étant pris comme année de référence. Elles ont également contribué à la réalisation d’économies substantielles sur les factures de consommation d’électricité et de campagne marketing entre autres. Mieux, ces actions ont conforté la crédibilité de AERIA auprès des bailleurs de fonds, de l’Etat et des populations riveraines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

À Abidjan, un forum continental veut sensibiliser sur les risques d'inondations

ven Nov 22 , 2019
Share on Facebook Tweet it Share on Google Pin it Email     Chaque année, les inondations sur le continent font des centaines de morts et créent en plus des dégâts économiques dans des pays souvent fragiles. À Abidjan, se tient jusqu’à vendredi soir le colloque international « Understand Risk », visant […]