Comment réussir la dématérialisation des services en Afrique ?

Maroc, Togo, Djibouti, Bénin, Afrique du Sud, Rwanda. Difficile d’ignorer qu’un profond mouvement de transformation numérique des administrations publiques est à l’œuvre dans les pays africains depuis 2016. Vue avant tout comme une opportunité unique pour offrir des services publics de meilleure qualité à des coûts maîtrisés, la dématérialisation des administrations amène aussi avec elle son lot de défis.

Trois défis à relever pour le continent

Au rang de premier défi se trouve la qualité des infrastructures de télécommunications et, au final, celle de l’accès à Internet. Trop souvent encore, se connecter à Internet reste coûteux lorsque l’accès au réseau n’est pas régulièrement interrompu. Le Togo, qui a pris toute la mesure de la situation, a déployé un réseau de 250 km de fibre optique au sein de ses administrations depuis plus 2017.

Publicités

Comme dans d’autres pays dans le monde, assez rares sont ceux qui sur le continent africain ont pleinement conscience des perspectives positives ouvertes par les services publics en ligne. Il apparaît donc essentiel de former fonctionnaires – comme le Congo l’a fait pour ses agents publics fin 2018 – et citoyens africains à une meilleure compréhension des avantages d’administrations dématérialisées. Là où, par exemple, les premiers n’auraient pas à ressaisir informatiquement des données préalablement renseignées à la main dans des formulaires papier, les seconds verraient les délais de traitement de leurs démarches administratives être raccourcis.

Tout gouvernement qui veut mener à bien la dématérialisation de ses administrations se doit de sensibiliser ses citoyens et ses agents aux risques liés à l’usage de services publics en ligne. Il s’agit ici à la fois de donner à sa population des connaissances minimales pour garantir la confidentialité de ses informations personnelles dès lors qu’elles sont renseignées en ligne, et de s’assurer que les données récoltées par les administrations soient traitées selon les plus hauts standards éthiques. Et ce d’autant plus si le gouvernement s’inscrit dans une logique d’open data.

La dématérialisation des services publics, source d’opportunités pour l’Afrique

L’Afrique regorge d’atouts pour s’imposer dans l’actuelle révolution de l’e-administration. Des atouts dont chaque pays exploitera le plein potentiel en dessinant des services publics numériques en phase avec l’usage singulier que les populations locales font des nouvelles technologies. Citons-en un. Plus qu’ailleurs dans le monde, le taux de possession de téléphone portable est en croissance exponentielle en Afrique. 660 millions d’Africains devraient posséder un smartphone d’ici 2020. Tirant parti de ce constat en 2009, le ministère rwandais de la Santé a lancé l’application mobile RapidSMS. Grâce aux remontées terrain des signes avant-coureurs d’une grossesse à risque via sms, dans les villages les plus reculés, 500 000 vies ont été sauvées entre 2009 et 2015.

Piloté avec rigueur, en effet, le développement de l’e-administration peut avoir des effets positifs sur l’ensemble des politiques publiques d’un pays, au-delà d’uniquement améliorer sa gestion politique et administrative. Prenons l’exemple de l’éducation. Là où en Afrique l’accès à l’enseignement reste parcellaire, la dématérialisation des services publics d’éducation peut contrebalancer l’inégale répartition géographique des ressources éducatives et personnaliser les enseignements pour mieux répondre aux aptitudes individuelles, grâce à des solutions de e-learning.

Tirer parti de l’expertise de partenaires privés

Rien de mieux pour les gouvernements africains que de s’appuyer sur les apports de partenaires privés pour une dématérialisation efficace de leurs services publics. Têtes de pont mondiales des évolutions digitales en cours, ces multinationales du numérique, parce qu’elles accompagnent des gouvernements sur tous les continents, disposent d’une vision globale des enjeux de l’e-administration qui se révèle précieuse pour les pays africains.

La dématérialisation des services publics est aujourd’hui clairement identifiée comme une priorité par les gouvernements africains. Elle peut, en effet, être un moyen non négligeable d’assurer le développement et le rayonnement de leurs pays. A charge pour chaque gouvernement de faire les choix politiques appropriés selon le bon timing, en suivant les attentes sa population et avec le soutien des bons partenaires privés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Next Post

L'intelligence artificielle pour diagnostiquer la maladie de Parkinson.

lun Déc 16 , 2019
Share on Facebook Tweet it Share on Google Pin it Dans mon travail de journaliste, j’ai la chance de rencontrer des gens brillants et d’en apprendre davantage sur les progrès passionnants de la technologie. Mais de temps en temps, je rencontre quelque chose qui résonne d’une manière profondément personnelle. C’est […]